Avis sur le jeu F1 2010 – suite

Suite de notre article sur F1 2010 ….

f1-2

Toujours dans l’optique attirer et de plonger le joueur dans le monde de la F1, Codemasters a opté pour un menu interactif, à l’instar du menu de sélection de mode de jeu. Ainsi, à l’intérieur de votre monoplace, vous pourrez opter pour tel ou tel type de pneus, regarder votre coéquipier pour voir ses temps et, tout comme dans la réalité, les informations en direct sur l’écran situé sur le devant de votre bolide. Les monoplaces sont loyalement représentées bien que l’on aurait aimé une gestion des dégâts un peu plus réaliste. Vous pouvez en effet perdre l’aileron d’avant à cause d’un choc minime et réellement rentrer dans le derrière d’un concurrent sans égratignure pour votre fusée. Les rayons du soleil sont éblouissants et les gouttes de pluie sur l’écran sont divinement bien représentées, surtout en vue intérieure. Les dix-neuf circuits que représentent le championnat du monde 2010 de Formule 1, ne sont pas non plus en reste et les fans pourront vite retrouver leur marque avec des tracés aussi fidèles que la réalité. Codemasters n’a pas oublié le tout nouveau circuit de Yeongam en Corée du Sud, toujours en attente d’homologation le 11 octobre prochain. En revanche, les personnages sont d’une qualité médiocre, ce qui se traduit par l’absence totale d’un podium en fin de course.

Et terminer premier n’est pas si simple que cela. Heureusement, quatre niveaux de difficulté sont disponibles, ce qui confère à F1 2010 un gameplay à la fois exigeant et souple. Oubliez cependant le mode Facile, beaucoup trop assisté. Il vous suffit de garder enfoncer l’accélérateur et de choisir une bonne trajectoire puisque votre monoplace freinera automatiquement à l’entrée des virages. Vous pourrez cependant désactiver l’option mais le jeu demeurera trop simple, sans challenge. En revanche, si vous passez en mode Difficile ou Expert, attendez-vous à un gameplay très pointu où accélérer comme un bœuf en sortie de virage se traduira par un survirage. Vous pourrez bien sur régler votre bolide via l’écran digital dans le garage. Si vous êtes néophyte dans le genre, vous pourrez toujours demander à votre ingénieur de faire les réglages à votre place selon les conditions météorologiques. Cependant, là où le bât blesse, ce sont les pénalités qui sont distribués aléatoirement. Vous pouvez rentrer dans un concurrent et ne rien avoir tout comme le pousser légèrement et vous prendre une pénalité de 10 secondes. Pire encore, vous pouvez partir en sous virage et sortir de la piste se traduisant par une pénalité de virage coupé tout comme sous faire rentrer dedans et prendre une pénalité à la place de l’adversaire. En effet, IA est très mal réglée et ne respecte pas le drapeau bleu ou tourne aussi vite par temps de pluie que par temps sec. Dernier point noir, les feux de départ, complètement invisible, même en pole position. Du coup, on garde l’accélérateur enfoncé et on attend que le bolide veuille bien partir.

C’est alors que l’on se rabat sur le mode multijoueur espérant en découdre avec des personnes ayant l’esprit sportif. Que nenni ! Les joueurs croient conduire des stock-cars et des équipes étant déjà formées, il n’est pas rare de tomber sur deux joueurs d’une même team, reconnaissables grâce au tag dans leur pseudo. Afin de laisser son compagnon gagner, le second se sacrifie volontiers en vous percutant comme un sourd ce qui, en plus d’exploser votre bolide, vous envoie dans le décor. Par ailleurs, lorsque vous vous retrouvez à 3, il n’y a aucun bot pour compléter, ce qui rend la course plutôt monotone surtout si vos adversaires sont en Ferrari ou Red Bull et que vous êtes toujours dans une Virgin, Lotus ou autre. Absolument pas équilibrée, il faudra admettre la défaite, le temps de quelques courses afin de vous faire des amis de même niveau et bannir complètement le mode « partie rapide ». Quoiqu’il en soit, les parties sont fluides et aucun ralentissement n’a été noté, même en wi-fi.

Codemasters a visé l’immersion et n’a pas raté sa cible. Fidèle à la discipline sur tous les points, F1 2010 est une bonne pioche, certainement le meilleur jeu de F1 de ces dernières années. Malgré ses défauts, il saura contenter néophytes comme joueurs assidus. On regrettera également l’absence de l’écran splitté mais nous ne lui en tiendrons pas rigueur puisqu’il faut se rendre à l’évidence que de nos jours, l’écran splitté est devenu un luxe.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s